Ecrire pour vous - Message de l'entreprise


Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.
 


POEMES
***************

 
Reproduction strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Droits d'auteur protégés.
 
 
 
 
Poème d'amour ... " UN SONGE "


Pour la Bête...
J'avais le coeur blessé d'une attente incertaine,
Sur la plage, je marchais d'un pas mal assuré,
La lune indiscrète à l'ombre de mes reins,
Creusait de sa lumière, un désir, en vain...
Je cherchais mes repères,
Là, tout près de la mer,
Où les vagues affolées, les unes après les autres,
Semblaient s'entrelacer et vouloir m'emporter,
Soudain, je frissonnais, la nuit était tombée,
Je pensais à cet homme que j'avais tant aimé,
D'un amour innocent dans mes jeunes années,
Je voulais qu'il soit là, soudain tout près de moi,
Et me prenne contre lui, me serrant dans ses bras,
Que je sente à nouveau le désir dans mes veines
Couler comme un torrent, comme si j'avais vingt ans...
Que je rêve à nouveau, que l'espoir m'enchante,
Que la vie m'imprègne, que je respire enfin,
Et que je m'abandonne sous le regard aimant
Laissant naître à nouveau ces mêmes sentiments,
Jeter au loin mes armes, détruire ma forteresse,
Celle qui me protège et cache ma faiblesse.
Sur le sable où mes pieds ont imprégné leurs pas,
J'ai laissé une empreinte pour que quelqu'un la voit,
Mais la mer, dans son flux, a tout emporté,
Effaçant du même coup mes rêves envolés...
La Belle...
(Chantal de Givry - Octobre 2005)
 
 
 
 
 
Poème d'amour ..." LA CHANDELLE"
 
 
 
 
 
Le jour où tu m'as dit :
"je t'aime"
 
 
,
 
 
Complainte...
 
 
 
Je suis fatiguée, épuisée…
Epuisée de pleurer...
Je n'ai jamais autant souffert de ma vie...
Il parait que je suis comme les grands brûlés,
Atteinte au troisième degré,
Je n’ai plus de peau pour me protéger,
Ni de jambes pour me porter,
Je suis au fond d’un gouffre,
Dans lequel, il n’y a plus d’espoir,
Plus de sens, plus de désir, plus rien…
Qu'un trou obscur d’où la lumière est absente,
Et la chaleur inexistante…
Je cherche à tâtons à me réchauffer,
Mettre un peu de soleil à ma triste vie,
Ma "vie si pauvre" comme, un jour, "quelqu’un m’a dit"…
Et non, ce n’était pas Carla Bruni.
C’était quelqu’un d’autre...
Un de ces voyageurs qui parcourt le monde,
Dont les mots m'ont atteints en plein coeur comme une bombe,
En transperçant mon âme et en rouvrant mes plaies,
Celles que je croyais, à jamais, refermées.
J'ai bien cru succomber sous le poids du chagrin,
Qui m'est tombé comme çà du jour au lendemain.
J'ai pleuré des jours et j'ai pleuré des nuits,
J'ai pleuré sans fin jusqu'à l'infini,
J'avais perdu mes mots et le goût de vivre,
Mon coeur avait trop mal, de douleur j'étais ivre...
Et j'ai tenté, en vain, d'oublier son visage,
Me disant jour et nuit que c'était un mirage,
Que je l'avais rêvé et qu'il n'existait pas,
Mais je n'ai réussi qu'à l'ancrer encore plus,
Au creux de ma mémoire, il était toujours là.
Car ce qui a été dit entre son coeur et moi,
Nul ne peut le comprendre, à part lui et moi.
 
Chantal de Givry
Juillet 2012
 
 
 
 
Marée basse...
 
 
 
Ce qu'il y a de beau dans la mer, c'est son mouvement,
Son flux et son reflux,
Quand elle est basse, il faut être patient...
Et attendre qu'elle remonte.
La mer finit toujours par remonter...
C'est dans l'ordre des choses.
 
Chantal de Givry
Juillet 2012
 
 
 
 
Pour lire en toute quiétude,
cliquer sur l'image pour stopper le diaporama et re-cliquer pour le faire avancer à nouveau.


 
Chantal de Givry 
Février 2013)
 
 
 
 
 
LES PETITS MOTS...
 
 
Poèmes inédits...
 





 

 
 
 
MON CHERI
 
Tu me manques tellement,
Chaque jour, chaque heure et chaque instant,
Je ne sais plus comment faire pour ne pas souffrir,
Je ne sais plus comment trouver la paix pour m'endormir,
Tu es partout où que j'aille
Ca évolue par crises et par vagues,
Comme une tempête qui arrive sur l’océan,
Sans prévenir…
Et qui d’un coup me chavire…
Et puis soudain, tout s’apaise,
Comme c’est venu, ça s’en va,
Je te vois, je te sens, sur mes courbes, tu es là,
Alors le monde prend des couleurs d’arc-en-ciel,
Je frémis, je vole, je me sens aérienne...
Je rêve de toi, je rêve que je suis tienne...
Car tu es mon seul Amour,
Et je t'aime.

 
 
 
 
Un poème galant de l'Abbé de Lattaignant